Vision: Mettre le vieux cru dans les outres neuves de la modernité (Amadou Hampaté Ba)!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

I.I  Rappel de quelques repères chronologiques

C’est le 25 Mai 1963 que l’Organisation de l’Unité Africaine a été portée sur les fonts baptismaux à Addis Abbéba. A l’appel de Sa Majesté Haïlé Sélassié,  32  Chefs d’Etat Africains se sont réunis à Addis Abéba pour donner à l’Afrique la possibilité de parler d’une même voix dans le concert des Nations.

Après plusieurs années d’incertitudes, d’échecs mais aussi d’avancées  salutaires, depuis cette fatidique année 1963, notre Continent  a ouvert un nouveau chapitre de son histoire lorsque les chefs d'Etat du continent ont décidé à Lusaka de commencer la transformation de l'Organisation de l'Unité Africaine en Union Africaine.

Au cours du 37ème sommet de l'OUA qui s'est déroulé du 9 au 11 juillet dans la capitale zambienne, les chefs d'Etat africains ont notamment étudié les questions relatives à la transition vers l'Union.

Le 09 Septembre 1999,  comme pour consacrer une harmonie numérique et numérologique (09/09/99),  le leader libyen Mouammar Kadhafi a lancé l'idée de créer l'Union Africaine pour que le continent fasse un nouveau pas en avant dans la direction de l'intégration continentale. En 2000, les pays membres de l'OUA ont approuvé "l'Acte constitutif de l'Union Africaine". Ainsi était née l’Union Africaine qui, plus qu’une simple organisation continentale à vocation politique comme l'OUA, l’UA comprendrait,  entre autres, une Commission (Exécutif), un Parlement, une Cour de Justice et une Banque Centrale.

Le CELHTO,  Bureau scientifique de l’OUA, spécialisé dans la collecte et la valorisation des Traditions Orales Africaines  a épousé les relents de cette  transformation organisationnelle en se muant aujourd’hui, selon ses nouvelles attributions héritées du Sommet de Maputo, en un pôle d’excellence de l’ingénierie culturelle en Afrique. En réalisant un pas de plus dans l’intégration africaine, à travers la transmutation de l’«Unité » à l’«Union », l’Union Africaine donne une impulsion nouvelle à l’interpénétration culturelle du Continent qui est fondamentale à son développement. Hampaté Bâ dit, fort à propos, que c’est la « diversité des couleurs d’un tapis qui fait sa beauté ».

 

      I.II Rappel de la signification d’une Journée dédiée à l’Afrique

La Journée de l’Afrique que nous célébrons chaque 25 mai est un moment de célébration du Panafricanisme, ce rêve unificateur de l’Afrique porté à bout de bras dans l’histoire lointaine et récente du Continent Africain par des figures comme Edward Wilmot Blyden, Anténor Firmin, Henry Sylvester Williams, Benito Sylvain, Marcus Garvey, Guy Tirolien, Damas, Césaire, Senghor, Burghart Du Bois, George Padmore et Kwame N’Krumah, pour ne citer que celles-là. C’est également un moment, pour tous les Enfants du Continent, de se réunir autour de leur Mère, l’Afrique, pour la célébrer mais également pour établir sans complaisance, au vu de ses convulsions, un diagnostic. L’Afrique est notre Mère, une Mère ancestrale, moderne, éternelle, malheureusement lézardée des cicatrices provoquées par les coups de boutoir de ses soupirants insatiables mais qui reste debout pour porter ses Enfants vers la lumière de l’Universel, pour reprendre ce symbolisme fort du Président Wade désormais incrusté dans une grandiose et mythique stèle à Dakar. Les maux et les humiliations, Dieu seul sait combien en a souffert et continue de souffrir l’Afrique, toute idée d’afro pessimisme mise à l’écart.

Partager Partager

Sondage

Les traditions orales peuvent elles contribuer au developpement de l'Afrique?