Vision: Mettre le vieux cru dans les outres neuves de la modernité (Amadou Hampaté Ba)!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

Chers Africains du continent et de la diaspora

Chers amis et partenaires de par le monde

En cette occasion où nous marquons le 52e anniversaire de la naissance de notre organisme continental que nous aimons tous, j'ai laissé honneur de vous souhaiter une Journée de l'Afrique heureuse et enrichissante. Cette année, cette célébration arrive un moment l'union africaine célèbre les 13 ans de sa transformation à partir de l'organisation de l'unité africaine. En effet, nous avons transformé une organisation qui poursuivait la lutte pour libérer le continent et sauvegarder l'indépendance des États africains pour en faire une organisation qui facilite notre œuvre vers la création d'une Afrique unie, prospère et pacifique.

Le thème de la présente année, « Autonomisation et développement de la femme vers  la réalisation de l'Agenda 2063 de l'Afrique », est une reconnaissance de la lutte menée pendant des siècles par les femmes africaines et les femmes de la diaspora contre l'esclavage et la discrimination raciale et sexiste en faveur de l'émancipation de notre continent et celle des hommes et des femmes africains partout.

Les femmes et les filles continuent de jouer des rôles cruciaux - rémunérés et non rémunérés - au sein de leurs familles, leurs communautés, leurs pays et leurs régions, qui ont un impact direct sur les économies et les sociétés.

En dépit des contraintes qu'elle rencontre encore, nous avons fait de grandes avancées grâce aux différentes phases de lutte initiées par les mouvements féministes. Depuis la conférence historique de Beijing il y a 20 ans et la reconnaissance des droits des femmes en tant que droits humains, des progrès ont été constatés dans la représentation féminine, dans la promotion des droits génésiques, dans le domaine de l'égalité des salaires pour un travail égal, et celui de l'accès à l'éducation et aux services fondamentaux.

En même temps, l'on estime que si le changement réel s'opère simultanément prendra 80 ans atteindre l'égalité totale entre l'homme et la femme. Cela ne suffit certainement pas. Cela signifie que nous efforts visant à inverser la malédiction du sous-développement et des conflits doivent attendre encore 80 ans portés leurs fruits. Cela signifie également que l'Afrique continuera à utiliser moins de la moitié de ses talents, compétences et potentiels.

En vue d'aborder ces contraintes, nous avons parcouru le continent en long et en large et solliciter des contributions de tous les secteurs, sphères et couches de la société. Nous n'avions posé une question : « Quelle est l'Afrique que vous voudriez voir d'ici 2063 ? ». L'Agenda 2063 est le mandat en a résulté, venant du peuple de l'Afrique ici et dans la diaspora. L'Agenda 2063 est une mission intergénérationnelle, une stratégie africaine inclusive pour exploiter les ressources de l'Afrique au profit de tous les Africains.

Ainsi, notre célébration de la journée de l'Afrique facilite et célèbre les récits africains sur le passé, le présent et l'avenir, qui réjouiront les populations africaines et les stimuleront à utiliser leur énergie constructive en vue d'accélérer la mise en œuvre d'un programme visionnaire de panafricanisme et de renaissance africaine au XXIe siècle

nous célébrons la journée de l'Afrique avec beaucoup d'optimisme. L'Afrique a répondu à l'appel général pour façonner son propre agenda... pour le peuple par le peuple.

Chers Africains,

Nous célébrons cette Journée de l'Afrique entachée de plusieurs imperfections. 

Il s'agit de conflits qui continuent d'affliger notre cher continent, comme c'est actuellement le cas au Burundi, en République centrafricaine, en Somalie, au Soudan du Sud et dans la République démocratique du Congo ainsi que dans d'autres États membres.

Les récentes agressions xénophobes dans la ville côtière de Durban et dans le pôle économique de Johannesburg constitue également un tel point noir au tableau. Nous saisissons cette occasion condamnée encore une fois ces actes inacceptables de violence à l'égard de nos frères et sœurs.

Quelles qu'en soient les circonstances, de telles actions ne aucune justification. Peu importe les frustrations, la perte, ne serait-ce que d'une vie, ne saurait être tolérée. Nous voudrions saluer également l'action rapide du Gouvernement sud-africain et de ses citoyens pour réagir à ces actes de violence, qui lui ont également entraîné des pertes en vie humaine et de moyens de subsistance.

Il a été rapporté qu'une des causes majeures de tels incidents, comme il a été constaté en Afrique du Sud et ailleurs, est due aux défis que représentent la pauvreté et l'inégalité. Cela se traduit souvent par des pauvres agressant d'autres pauvres pour des ressources limitées et parfois rares. Ces incidences soulignent également l'urgente nécessité de notre part d'accorder une attention immédiate aux problèmes liés à la migration et à la traite d'êtres humains. Il nous faut nous attaquer aux circonstances mêmes qui poussent nos nationaux à quitter nos frontières pour trouver de meilleures possibilités dans d'autres parties du continent et du monde. À cet égard, j'ai saisi cette occasion pour exprimer nos sincères condoléances aux familles de nous puissants frères et sœurs africains qui ont récemment perdu la vie sur la côte nord de notre continent. Par ailleurs, cet incident nous rappelle tristement que nous devons de toute urgence aborder la question de croissance et d'intégration pour notre continent.

Jamais, plus jamais, devrions-nous être témoins de tels actes et de tels incidents sur notre continent.

Dans la réalisation du développement de l'Afrique, le développement humain n'est pas non plus négociable. Les poches des stabilités de conflits, qui ont quelquefois entraîné des pertes en vies humaines et en moyens de subsistance, en sont témoins. Nous ne pouvons-nous permettre de poursuivre une trajectoire semée d'exclusion et d'inéquité.

En vue de faciliter la croissance inclusive et durable, nous avons le devoir de traduire l'agenda 2063 dans nos plans nationaux afin de faciliter la mise en œuvre des domaines prioritaires, notamment l'intégration, l'autonomisation des jeunes et des femmes, la création d'emplois, l'énergie et le développement des infrastructures. Dans cette démarche, il nous faut accélérer notre action vers une voie de croissance équitable, qui a pour priorité la population et la connectivité. Nous devons concrétiser des projets clés urgents qui établissent la connexion entre nous, à savoir les routes, le chemin de fer, le transport aérien et maritime, les télécommunications ainsi que l'industrialisation et la manufacture.

Alors que nous nous acheminons sur la voie d'une croissance économique équitable, nous exerçons en même temps une pression plus importante sur nos principaux secteurs énergétique traditionnels. Par conséquent, nous commençons par mettre en œuvre sérieusement des projets clés dans le secteur de l'énergie renouvelable, qui comprend l'énergie hydraulique et éolienne. Dans nos efforts accélérer la connectivité, nous accorderons davantage d'attention à la promotion d'une Zone de libre-échange continentale.

C'est dans notre tentative d'accélérer la mise en œuvre de ces priorités (et d'autres encore) et programme que nous convoquerons la Plate-forme économique africaine vers la fin de cette année. Cette plate-forme poursuivra la synergie continentale et réunira les capitaines d'industrie, les universitaires, les gouvernements et les activistes de l'Afrique. Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous faciliter l'unité, la prospérité partagée et la paix durable en Afrique.

 

Afrique…. Un peuple. Une destinée.

Vive l'Afrique et sa diaspora !

Vive la solidarité et l'unité africaines !

Je vous remercie et vous souhaite une heureuse Journée de l'Afrique !

Partager Partager

Sondage

Les traditions orales peuvent elles contribuer au developpement de l'Afrique?