Vision: Mettre le vieux cru dans les outres neuves de la modernité (Amadou Hampaté Ba)!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

Atelier régional sur la Convention de 2005 et la Charte de la renaissance culturelle africaine au CELHTO

 

Dans le cadre  de la collaboration entre le CELHTO et le Centre Régional pour les Arts Vivants en Afrique (CERAV/Afrique), un Centre de l’UNESCO basé à Bobo-Dioulasso au Burkina , la salle de Conférence du CELHTO abritera, du 28 au 30 juillet 2017, un atelier régional sur le partenariat avec la société civile culturelle africaine dans la mise en œuvre de la Convention de 2005 et de la Charte de la renaissance culturelle africaine, organisé par le CERAV/AFRIQUE, sous le patronage de Monsieur le Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.

Lire les TdR de l’atelier.

 

Partager Partager

APPEL D’OFFRES POUR LA REALISATION D’UN FILM DOCUMENTAIRE

Le Centre d’Etude Linguistique et Historique par Tradition Orale (CELHTO), bureau régional de la Commission de l’Union Africaine basé à Niamey au Niger, lance une consultation restreinte en vue du recrutement d’un producteur scénariste pour la réalisation d’un film documentaire de 52 mn sur la mémoire de l’Organisation de l’Unité Africaine/l’Union Africaine. Ce film documentaire vise à donner la parole à différents acteurs de l’institution panafricaine depuis sa création jusqu’à ce jour ainsi qu’à des historiens ainsi qu’aux observateurs de la scène politique internationale pour faire l’histoire de notre Organisation panafricaine.

 

Lancement de la 8ème cohorte des Jeunes Volontaires de l’Union Africaine

 

 L’union Africaine, dans le cadre de son  PROGRAMME DES COPRS DES JEUNES VOLONTAIRES DE L'UNION AFRICAINE (CJV-UA), lance  la 8ème cohorte du 11 au 31 juillet 2017.

 

Lire l’appel à candidature en FR

Lire l'appel à candidature en EN

Partager Partager

La toile appliquée ou l’art de voir des sons de couleur chez les Fon de la République du Bénin d’hier à aujourd’hui

Ecrit par le Prof. Joseph ADANDE, Maitre de Conférences en Histoire de l’art du CAMES à l’Université d’Abomey-Calavi, cet ouvrage, à partir des sources orales des ateliers confortés par les récits de voyageurs en visite au palais d’Abomey dans les mêmes périodes, plonge le lecteur dans une partie des secrets de la créativité des Fon. Il montre comment, à un moment et dans un lieu où on ne l’entend pas, l’œuvre moderne apparait, prolongée ensuite par des artistes contemporains qui n’ont pas fini d’exploiter les capacités d’expression du textile qui fut un instant sous-estimé dans le concert des arts africains.

Partager Partager

atelier Niamey

Le CELHTO a accueilli, du 28 au 30 août 2017, un atelier régional sur « le partenariat avec la société civile dans la mise en œuvre de la convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et de la charte de la renaissance culturelle africaine : quels défis ? Quelles solutions ? ». Organisé par le Centre Régional pour les Arts Vivants en Afrique (CERAV/Afrique) en partenariat avec le CELHTO-UA et bénéficiant du soutien du Gouvernement de la République du Niger, cet atelier a réuni une trentaine de participants, représentants les organisations de la société civile culturelle et les ministères en charge de la culture venus de 11 pays africains (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Mozambique, Niger, Nigéria, République Démocratique du Congo, Togo) et de deux pays européens (Belgique et France).

Partager Partager

Du 06 au 12 août 2017, le Coordonnateur du CELHTO, M. Komi TUBLU a pris part aux travaux de la première conférence mondiale des humanités qui s’est tenue à Liège en Belgique. Conjointement organisée par l’UNESCO, le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines (CIPSH) et Liège Together, elle a rassemblé des acteurs venant de toutes les disciplines des sciences humaines, en relation avec les sciences sociales et naturelles, l’art et la littérature.

Partager Partager

Pages

Sondage

Les traditions orales peuvent elles contribuer au developpement de l'Afrique?