Vision: Mettre le vieux cru dans les outres neuves de la modernité (Amadou Hampaté Ba)!

Suivez-nous sur les réseaux sociaux!

Du 23 au 25 novembre 2017, s’est tenu à Niamey un colloque conjointement organisé par le Centre d’études linguistiques et historiques par tradition orale (CELHTO) et l’Institut de recherches en sciences humaines (IRSH) de l’Université de Niamey  sur le thème suivant : « Parole, mère de l’écrit : transmission, créativité et matérialité ». Ce colloque  a visé, en premier lieu, à rapprocher les sources fondamentales dans le domaine des sciences sociales et humaines en Afrique et à explorer de nouvelles pistes d’analyse et de recherche en mettant au centre de la réflexion la question méthodologique, en raison des insuffisances relevées par le colloque d’Agbodrafo au Togo en 2011.

Cette rencontre scientifique qui a connu la participation d’une trentaine de chercheurs et d’enseignants chercheurs du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, de France, du Gabon , de Guinée, d’Italie, de Mauritanie, et naturellement du Niger, a été ouverte par le Directeur de Cabinet de Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation  du Niger.

En marge du colloque, le CELHTO a eu des échanges avec le Prof. MANDA TCHEBWA Antoine, Directeur général du Centre international des civilisations bantu (CCIBA)  et Françoise KI-ZERBO,  Administratrice générale de la Fondation Joseph Ki-Zerbo pour l'histoire et le développement endogène. Un accord-cadre de partenariat a été signé entre le CELHTO et la Fondation Joseph Ki-Zerbo. Les discussions continuent avec le CICIBA.

Partager Partager

Sondage

Les traditions orales peuvent elles contribuer au developpement de l'Afrique?